La Finlande promeut la construction en bois en tant que part de la bio-économie

La Finlande promeut la construction en bois en tant que part de la bio-économie

M. Petteri Orpo, Ministre de l’Agriculture et de la Forêt dans le gouvernement finlandais, pense qu’il est important que la société crée dès maintenant et dans l’avenir de bonnes conditions pour le développement et la commercialisation de la construction en bois. Selon l’avis de M. Orpo, les mesures prises et les programmes adoptés par le gouvernement font partie de la stratégie bio-économique et de la lutte contre le changement climatique. « La sylviculture et la transformation du bois sont la colonne vertébrale de notre bio-économie. Les produits de l’industrie du bois, qui constituent une part vitale de l’industrie de la construction dans sa totalité, sont un bon exemple de matériaux renouvelables à faible émission de carbone qui permettent de passer à une construction efficace du point de vue de l’emploi des ressources. »

L’industrie a mis au point de nouveaux systèmes de construction, de nouvelles technologies et de nouveaux produits de construction. Il en est résulté une progression rapide de la construction en bois industrielle en Finlande ces dernières années. M. Orpo désire que la  promotion de la construction en bois soit incluse dans le prochain programme gouvernemental.

« La promotion doit être poursuivie après les élections. La société a réussi à créer la base du développe­ment et de la commercialisation de la construction en bois industrielle. En ce qui concerne la construction en bois, nous avons fait des progrès substantiels tant dans la construction publique que dans la construction résidentielle. Pour donner suite à ces ambitieux projets publics nous avons besoin d’accroître en particulier le volume de la construction industrielle et de tirer le meilleur parti des innovations récentes », dit M. Orpo.

Selon M. Orpo, les points forts de la construction en bois comprennent également les matières premières locales, la transformation locale et le soutien de l’économie locale. « Par exemple, dans les marchés publics, la construction en bois devrait être identifiée sur la base de  son empreinte carbone, de façon que les municipalités soient obligées de prendre en compte l’utilisation des matériaux locaux pour la construction  d’écoles, de garderies, de salles de sport, etc. »

M. Orpo estime que les systèmes, la technologie et la qualité de la construction en bois devraient être continuellement améliorés, car une saine expertise est un moyen sûr pour atteindre les marchés d’exportation existants.

Les objectifs de la politique climatique, la pénurie d’énergie et l’insuffisance de ressources naturelles non renouvelables forceront tous les pays à employer des ressources renouvelables, dit M. Orpo. « Dans la situation actuelle, je focaliserais les investissements en innovation sur les forêts et la recherche, la création et la commercialisation de nouvelles manières d’utiliser le bois. »

M. Orpo considère que le secteur des produits du bois et de la construction en bois constitue la colonne vertébrale de la bio-économie. « Ce secteur a un avenir extrêmement brillant. Conjointement avec les technologies déjà mises au point, sont apparus de nombreux nouveaux produits du bois qui donnent une valeur ajoutée et pour lesquels il y a une demande  sur les marchés intérieur et extérieur. La Finlande doit être à l’avant-garde de ce développement en matière de bio-économie. »

Artikkelipalvelu Markku Laukkanen